jeudi, mai 19, 2016

Survivre n'est pas vivre

"- Monsieur, lui dit Derville, à qui ai-je l'honneur de parler?
- Au colonel Chabert.
-Lequel?
- Celui qui est mort à Eylau, répondit le vieillard ."
        Balzac, Le Colonel Chabert.

Chabert, ou l'histoire d'un "mort" survivant à la charge de cavalerie à Eylau en 1807, enfoui sous une montagne de cadavres. Il passera une vie entière à justifier son existence à son retour, car il n'est pire morts  que ceux qu'on ne s'attend pas à revoir. Livre après livre, sans jamais parler de sa propre expérience d'otage à Beyrouth, Jean-Paul Kauffmann raconte une indicible expérience de solitude et d'abandon. 

Lu dans:
Jean-Paul Kauffmann. Outre-Terre. Equateurs. 2016. 334 pages. Extrait p.7 Exergue


1 Comments:

Blogger N. d'Arian said...

Jean Paul Kaufmann ....toujours émouvant dans ses récits ...j'ai tellement aimé la chambre de longwood et la lutte avec l'ange...
On reste otage toute sa vie....ça semble tellement vrai le concernant.

21.5.16  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home