dimanche, février 05, 2017

Le ressac du sac

"L'enfer est dans le sac."
        Clara Georges.

Les sacs en plastique de caisse font désormais partie des choses qu'on dissimule, tassés dans un polochon en attendant des jours meilleurs. Responsables tout à la fois de la mort de baleines qu'ils étouffent par leur quantité dans l'estomac, d'un septième continent de déchets aggloméré dans l'océan, d'arbres défigurés par ces fruits décolorés flottant au vent, de bébés suffoquant la tête enserrée dans ce jouet dangereux, qui souhaite encore s'afficher avec un compagnon pareil? Bizarrement, ils représentent pourtant aujourd'hui exactement l'inverse de l'idéal qu'ils incarnaient quand ils ont envahi le monde, dans les années 1970 : insouciance, liberté, légèreté, durabilité. Autant de qualités soudain devenues des tares. Autre époque. 
La rédemption passerait aujourd'hui par le papier kraft. Jusqu'à cette petite phrase, cet été dans Le Monde : " Plusieurs grandes enseignes testent le sac en papier, dont l'empreinte environnementale est pourtant pire que celle du plastique. " On ne sera jamais tranquille.


Lu dans:
Clara Georges. Le sac en plastique. Le Monde L'époque. Dimanche 5 février 2017. Page 8. 

1 Comments:

Blogger N. d'Arian said...

Bonjour,
J'ai partagé votre publication sur Facebook,en indiquant le lien de votre Blog qui continue à être une intéressante source d'inspiration et réflexion... merci à vous.Nadine.

8.2.17  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home