dimanche, avril 30, 2006

La vie c'est gratuit

"La vie c’est gratuit je vais me resservir et tu devrais faire pareil".
Grand corps malade. Je dors sur mes deux oreilles.

"C’est pas moi le plus chanceux mais je me sens pas le plus à plaindre
Et j’ai compris les règles du jeu, ma vie c’est moi qui vais la peindre
Alors je vais y mettre le feu en ajoutant plein de couleurs
Moi quand je regarde par la fenêtre je vois que le béton est en fleur
J’ai envie d’être au cœur de la ville et envie d’être au bord de la mer
De voir le delta du Nil et j’ai envie d’embrasser ma mère
J’ai envie d’être avec les miens et j’ai envie de faire des rencontres
J’ai les moyens de me sentir bien et ça maintenant je m’en rends compte."

Je vous souhaite une bonne fête du muguet
CV.

Fermez les yeux

"Quand je ferme les yeux, c’est pour mieux ouvrir les cieux."
Grand corps malade. Je dors sur mes deux oreilles.

samedi, avril 29, 2006

Regarder les étoiles

"On ne peut marcher en regardant le étoiles quand on a une piere dans son soulier"
Cité par Y Duteil

vendredi, avril 28, 2006

La cruauté du monde

"Jules lui prodiguait l'affection qui permet de découvrir la cruauté du monde sans la craindre ou imaginer qu'elle vous est destinée."

Alice Ferney. Dans la guerre

jeudi, avril 27, 2006

L'essentiel et le beaucoup

"Ce n'est pas parce qu'on cause beaucoup qu'on dit l'essentiel."

"Il faut apprendre à connaître l'autre par lui-même et non par nous-mêmes."

Pietro Pizzuti. Le silence des mères. Jusqu'au 27 mai au Théâtre de la place des Martyrs.

mardi, avril 25, 2006

Chaînes et liberté

"Préfère une injure qui délie à une louange qui enchaîne."
Louis Scutenaire. Mes inscriptions (1943-1944)

lundi, avril 24, 2006

Protégez-moi de la vie

"Si tu ne veux pas que meurent les fleurs de ton jardin,
ouvre ton jardin."
A. Porchia. Voix.

Souvenir de passionnantes discussions entre enseignants: jusqu'où faut-il tolérer l'accès libre ,
et les possibilités de piratage, de recopiage, de réutilisation de cours écrits, de diaporamas,
de créations protégées par un copyright? Notre centre académique de médecine générale a fait le pari
d'ouvrir largement portes et fenêtres, supprimant autant que possible les mots de passe et les accès
protégés.
"Recopiez-moi, j'en referai de plus belles" assurait Coco Chanel.

Cette petite phrase d'Antonio Porchia en donne une merveilleuse illustration.

dimanche, avril 23, 2006

Découverte

"Dans son bocal
un poisson rouge
découvre l'océan."

Laura Maigne

Je vous souhaite une bonne semaine
CV.

samedi, avril 22, 2006

Une conduite de sagesse

L'histoire nous enseigne que les hommes et les nations ne se conduisent avec sagesse qu'après avoir épuisé toutes les autres solutions
Abba Eban

Jamais phrase ne m'est apparue plus juste que ces derniers jours en découvrant chaque matin les nouvelles du monde

Terre natale

Volez loin sur les ailes du vent
Jusqu'à votre terre natale, de notre chanson originelle
où nous vous avions chanté avec la facilité,
où vous et nous étions tant librement.

vendredi, avril 21, 2006

pensées orphelines

"Toutes ces pensées qui n'ont personne pour les penser."
C.Roy

jeudi, avril 20, 2006

La nuit, la lumière

"Le soleil illumine la nuit,
il ne la change pas en lumière."

Antonio Porchia
Voix

mercredi, avril 19, 2006

la pleine lumière

En pleine lumière nous ne sommes même pas une ombre.
A Porchia. Voix.

lundi, avril 17, 2006

L'homme de ma vie

"Je suis, et resterai, l'homme de ma vie."
Jean Claude Brisville. Quartiers d'hiver.

dimanche, avril 16, 2006

Matin de Pâques

Que d'images enfouies dans l'oeuf dur dont on casse avec soin la coquille colorée un matin de Pâques .
Que vous souhaiter de plus que d'en faire une récolte heureuse, teintée parfois d'un brin de nostalgie qui, comme il fut joliment écrit, n'est que le bonheur d'être triste.

CV.

samedi, avril 15, 2006

L'amour est ma religion

"Mon coeur accueille toute forme de religion : c'est une prairie pour les gazelles, un cloître pour les moines, un temple pour les idoles, et une Kaaba pour le pèlerin, les tables de la Thora et le livre saint du Coran. L'amour seul est ma religion"

Ibn Arabi (1165-1240)
Cité par Malek Chebel dans "L'islam et la raison - le combat des idées" Ed. Perrin.

Mohammed Ibn Arabî , connu sous son seul nom de Ibn Arabî (1165, Murcie dans le pays d'al-Andalûs - 1240, Damas).
Appelé aussi « Cheikh al-Akbar » (« le plus grand maître », en arabe) , il est un mystique, auteur de 846 ouvrages. Son oeuvre aurait influencé Dante et Saint-Jean-de-la-Croix. Dans ses poèmes il traite de l'amour, de la passion, de la beauté et de l'absence.
En 1179, il rencontre le philosophe Averroès à Cordoue. Cette rencontre avec le vieux philosophe marqua le jeune mystique (il n'a pas alors 14 ans) qui, malgré son jeune âge, perçut immédiatement la faiblesse théologique de la philosophie dont la voie ne mène pas à la Révélation. Ibn Arabî se forma lui-même aux théologies, considérant Jésus comme son premier maître spirituel. Il acquit une science considérable par la lecture de différents maîtres.

Ephémères

Qu'est l'homme?

....Éphémères !
Qu'est l'homme ? Que n'est pas l'homme ? L'homme est le rêve
D'une ombre...Mais quelquefois, comme
Un rayon descendu d'en haut, la lueur brève
D'une joie embellit sa vie, et il connaît
Quelque douceur...

Pindare, traduit par Marguerite Yourcenar
Hymne Pythique, 95-100

vendredi, avril 07, 2006

le peu se dilate

"Un grand coeur se remplit de très peu."
Antonio Porchia. Voix

Je vous souhaite un bon week end
CV.

jeudi, avril 06, 2006

le quotidien quotidien

Un monsieur prend l'autobus après avoir acheté le journal et l'avoir mis sous son bras. Une demiheure plus tard, il descend avec le même journal sous le même bras.
Mais ce n'est plus le même journal, c'est maintenant un tas de feuilles imprimées que ce monsieur abandonne sur un banc de la place.
A peine est-il seul sur le banc que le tas de feuilles imprimées redevient un journal jusqu'à ce qu'un jeune homme le voie, le lise et le repose, transformé en un tas de feuilles imprimées.
A peine est-il seul sur le banc que le tas de feuilles imprimées redevient un journal, jusqu'à ce qu'une vieille femme le trouve, le lise et le repose, transformé en un tas de feuilles imprimées. Elle se ravise
et l'emporte et, chemin faisant, elle s'en sert pour envelopper un demi-kilo de blettes, ce à quoi servent tous les journaux après avoir subi ces excitantes métamorphoses.

Le quotidien quotidien. Julio Cortazar

mercredi, avril 05, 2006

une naissance ouvre un livre

"Je vis, je ne sais pour quel temps
je mourrai, je ne sais quand
je pars, je ne sais où
je m'émerveille d'être si joyeux."

Jean Sulivan. Devance tout adieu.

où ai-je donc lu le "de tout temps je savais que ce jour arriverait, mais m'étonne que ce soit aujourd'hui".
Clin d'oeil à Eurielle et Vincent, parents comblés: chaque naissance ouvre un livre.

existez-vous vraiment ?

"L'essentiel est d'effacer les traces. Comme cet escroc qui après avoir réalisé une copie d'une oeuvre de James Ensor, détruit l'original "Le Ballet des masques", dont il se retrouve alors l'unique auteur. Bravo!"
Excusez les fautes du copiste. Grégoire Polet. Gallimard.

Un monde d'illusions. Sharon Stone fait son cinéma devant la presse pour présenter son film come-back Basic Instinct 2, reçoit sans ciller les commentaires admiratifs sur sa plastique prafaite, sans ride aucune dans les scènes acrobatiques dénudées. Elle pratique enfin la bisexualité, rompant la monotomnie, du moins dans son film. Elle aime cela dit-elle sans broncher, et cela conserve une peau tendue.
On apprend par la petite presse spécialisée qu'elle se fit doubler pour les scènes d'amour, sélectionnant l'élue copie conforme parmi douze candidates dont on ne connaîtra jamais le visage.
On apprend que mère Teresa va être l'héroïne d'un film indien. Son personnage sera joué par l'actrice de films érotiques Paris April, dont le visage est le sosie parfait de celui de la face ridée comme une pomme de reinette de la petite soeur de Calcutta. Puisqu'on le dit. Si l'image soit ressemblante, et même si toute ressemblance de vie s'arrête là Paris vaut bien une messe.
Berlusconi va peut-être se faire réélire grâce à ses chaînes télévisées, sa chirurgie plastique, ses implants capillaires, et le reste. Un monde virtuel, en représentation permanente: le feu d'artifice en boucle.

Vous ne me croirez pas , mais j'aime vos rides, votre bégaiement, votre démarche mal assurée, vos mains qui se tordent quand vous devez prendre la parole en public, votre petit tremblement de main et la soupe qui goutte sur la nappe, votre petit bedon, votre crane lisse, votre verrue au coin du nez, vos pertes de mémoire et vos colères: elles me prouvent que VOUS au moins vous existez vraiment.

Je vous souhaite une bonne semaine
CV.

mardi, avril 04, 2006

Cinquante francs

"Aujourd'hui, j'ai ma gueule de misère: Filou est mort ce matin.
Je ne savais pas combien il faisait partie de moi-même. Filou était le seul être vivant qui partageait ma maison.
Définitivement, j'y suis seul avec mes souvenirs. J'ai porté le corps de Filou à Veeweyde où un employé l'a enregistré.
Puis il a dit à son collègue: « Un cadavre». Et se tournant vers moi : "Cinquante francs ».
Ainsi se terminait un roman d'amour qui avait duré quinze ans."

Jo Delahaut. Mon chien est mort.

samedi, avril 01, 2006

Changer de peur

Vieillir, c'est sûrement ça aussi : changer de peur.
Claude Roy

Je vous souhaite un bon week end
CV.

Je me ferais bateau

J'ai pour toi un lac

J'ai pour toi un lac quelque part au monde
Un beau lac tout bleu
Comme un oeil ouvert sur la nuit profonde
Un cristal frileux
Qui tremble à ton nom comme tremble feuille
A brise d'automne et chanson d'hiver
S'y mire le temps, s'y meurent et s'y cueillent
Mes jours à l'endroit mes nuits à l'envers.

J'ai pour toi très loin une promenade
Sur un sable doux
Des milliers de pas sans bruits, sans parade
Vers on ne sait où
Et les doigts du vent des saisons entières
Y ont dessiné comme sur nos fronts
Les vagues du jour fendues des croisières
Des beaux naufragés que nous y ferons.

J'ai pour toi défait, mais refait sans cesse
Les mille châteaux
D'un nuage aimé qui pour ma princesse
Se ferait bateau
Se ferait pommier se ferait couronne
Se ferait panier plein de fruits vermeils
Et moi je serai celui qui te donne
La terre et la lune avec le soleil.

J'ai pour toi l'amour quelque part au monde
Ne le laisse pas se perdre à la ronde.

Gilles Vigneault