samedi, avril 15, 2017

Sagesse de Pâques des enfants du Hasard

"Le rêve de l’enfant, c’est la Paix,
Le rêve de la mère, c’est la Paix,
Des mots d’amour sous les arbres…
C’est la Paix…

Le père qui rentre le soir un long sourire dans les yeux
Dans ses mains un panier rempli de fruits
Et sur son front des gouttes de sueur qui ressemblent
Aux gouttes d’eau gelées de la cruche posée sur la fenêtre…
C’est la Paix….

Quand se referment les cicatrices sur le visage blessé du monde
Et que dans les cratères creusés, on plante des arbres;
Quand, dans les cœurs carbonisés par la fournaise,
L’espoir fait ressurgir les premiers bourgeons
Et que les morts peuvent enfin se coucher sur le côté
Et dormir sans aucune plainte, assurés que leur sang
N’a pas coulé en vain…
C’est la Paix….

La Paix, c’est la bonne odeur des repas,
Le soir quand l’arrêt d’une voiture sur la route
Ne provoque aucune peur,
Et que celui qui frappe à la porte, ne peut être qu’un ami
Et qu’à n’importe quelle heure, la fenêtre ne peut s’ouvrir
Que sur le ciel et laissant nos yeux refléter comme une fête
Des cloches lointaines de ses couleurs…
C’est la Paix….

Quand les prisons deviennent des bibliothèques
Et que de porte en porte, une chanson s’en va dans la nuit…
Quand la lune du printemps sort des nuages semblables
A l’ouvrier qui le samedi soir sort fraîchement rasé
De chez le coiffeur du quartier…
C’est la Paix…

La Paix, ce sont des meules rayonnantes dans les champs de l’été
C’est l’alphabet de la beauté sur les genoux de l’aube.
Quand tu dis, mon frère, demain, nous construirons,
Quand nous construisons et que nous chantons…
C’est la Paix…

Quand la nuit ne prend que peu de place dans le cœur
Et que les cheminées nous montrent du doigt le chemin du bonheur,
Quand le poète et le prolétaire peuvent à égalité
Respirer le parfum du grand œillet du crépuscule…
C’est la Paix…

Mes frères, c’est dans la Paix que nous respirons à pleins poumons
L’univers entier avec tous ses rêves…
Mes frères, mes sœurs, donnez-vous  la main…
C’est cela la Paix."
            Yánnis Rítsos (poète grec, 1909-1990)


En cette veille de Pâques 2017, encore sous l'émotion du superbe film "Les enfants du Hasard" de Thierry Michel et Pascal Colson, découvert cet après-midi  au Vendôme, que vous partager qui puisse prolonger le récit de ces 8 élèves musulmans, issus de l’immigration turque en fin d'enseignement primaire à Cheratte? A part Lucas, la plupart sont des petits-enfants de mineurs ayant travaillé dans le charbonnage du Hasard, situé juste en face de leur école. Durant un an, ils ont été accompagnés et se sont ouverts avec leurs mots à eux sur leurs rêves, leurs doutes et leurs craintes. Le 22 mars 2016, c'était aussi le jour des attentats à Bruxelles. Les enfants ont pu s'exprimer à chaud sur ces pénibles événements. "Le bonheur après tout cela? Me trouver à table avec ma famille et entendre à nouveau leurs rires." Les années ont développé chez moi une sensibilité extrême aux problématiques de l'intégration de seconde et troisième génération, ainsi qu'aux discours clivants nés du 11 septembre et des haines que cette désolation a suscitées. Ce film qui constitue un merveilleux hommage à l'école a prolongé mes consultations quotidiennes, laissant sourdre des larmes de bonheur à certains moments. Le beau texte de Yánnis Rítsos m'est apparu comme la meilleure prolongation qui soit de cette émotion, et un bon résumé de ce qu'on vous souhaite pour cette fête de Pâques 2017.  
  

Je vous souhaite une bonne fête de Pâques.
     
Vu dans:
Les enfants du Hasard. Thierry Michel et Pascal Colson. Les films de la Passerelle.  A noter la soirée spéciale lundi 24 avril 2017 à 19h30 au cinéma Vendôme "L’école joue-t-elle encore son rôle d’ascenseur social ?" avec Bernard DE VOS, Pierre SMETS, Henry LANDROIT et Michèle MASIL.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home