jeudi, mars 09, 2017

Un chien nocturne

" Quand j'étais enfant, une nuit - c'était une nuit d'hiver glaciale, je n'arrivais pas à dormir -, j'ai vu apparaître un chien solitaire qui courait dans la rue, éclairé par un lampadaire qui oscillait dans le vent. Puis l'obscurité l'a avalé. Il me semble parfois que toutes mes questions sur la vie et la mort, le passé et l'avenir, ont partie liée avec ce chien filant à pas feutrés de la nuit à la nuit. ".
            Henning Mankel
 
L'image de ce chien nocturne " filant à pas feutrés de la nuit à la nuit" m'habite alors que je cherche le sommeil. Il a le visage de ces nombreux patients croisés pendant une étape plus ou moins longue de leur vie, et partis dans leur nuit. Il n'est de maison de mon village anderlechtois qui n'ait son histoire, ses drames et ses naissances. Leurs bonheurs et leurs détresses ont déteint sur moi sans qu'ils aient jamais pu s'en douter, et les prolongent. Ils n'ont rien d'effrayant, ils ont fait partie de ma vie pendant un bref instant et me précèdent simplement. Certains continuent à éclairer mon chemin, et c'est pur bonheur. 
  
Lu dans:
Henning Mankell. Sable mouvant. Seuil 2015. Points 380 pages. Extrait pp. 241-242 

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home