jeudi, mars 30, 2017

L'espace d'une flûte

"A quoi bon la liberté, sans espace vide sur la carte ?"
         Aldo Léopold

Cet air de liberté que possède la voûte céleste zébrée par le vol des oiseaux migrateurs, ou la mer dont la ligne d'horizon avale les bateaux, a peut-être quelque chose à voir avec l'absence de frontières, ces espaces vides où tout peut s'écrire. Enfant il m'arrivait après l'école d'aller me perdre dans "les terrains vagues", vierges de toute construction, no man's land entre ces deux structures que sont la ville et la campagne. Espaces livrés au ciel et à l'eau, omniprésente en de vastes marécages habités par des poules sauvages, des canards, quelques rares échassiers en pause migratoire et des petits rongeurs. J'y ressentais une impression de liberté rarement retrouvée ultérieurement, une dilatation de l'esprit et du temps qui à l'époque me servait de voyages. On ne quittait guère sa commune en ces années-là et pourtant que de pays superbes découverts, que de traquenards éventés, que de grottes explorées, que d'oiseaux devenus mes compagnons de vol. Je ne retrouvais jamais cette impression de grand large lors des jeux dans les parcs voisins, si sages, si propres, territoire de prédilection des jeunes mamans laissant jouer en toute sécurité les gosses, et les chiens. Il ne reste guère de terrains vagues, où sont donc allées les poules d'eau et où se sont évaporés les rêves dans ma tête? Il n'y a plus de grottes à explorer, peu de traquenards contre lesquels je ne sois assuré et l'espace céleste où volent les oiseaux a les limites que leur ont laissées les buildings. Je ne vole désormais avec eux qu'en pointillé, les perdant de vue sans cesse et le plus souvent pour de bon. Il n'existe plus guère d'espace vide sur la carte, et même lorsque je contemple la lune il me semble y distinguer quelques traces de pas. Dans la rue où le printemps renaît, quelqu'un apprend à jouer de la flûte. Étrangement, soudain me revient l'impression d'un envol, d'une liberté qu'apportent ces notes balbutiantes, cet enfant au seuil de son existence qui crée de la beauté du bout des doigts malhabiles. Les terrains vagues sont de retour. 


Lu dans:
Aldo Leopold. Almanach d'un comté des sables. Traduit de l'américain par Anna Gibson. Préface de JMG Le Clézio. Flammarion. 2000. Publié pour la première fois à titre posthume en 1949. 290 pages. Extrait p. 192

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home