mardi, septembre 20, 2016

Le petit souffle innommé


"Quatre vents donc : l'esprit de liberté et celui de sécurité, l'esprit de coopération et celui de compétition - " vents dominants " auxquels il faut adjoindre les " vents d'entre les vents " : l'esprit d'innovation, de conservation, d'intégration et d'exclusion. "
    Mireille Delmas-Marty

Un livre court et métaphorique (les 4 vents qui dominent notre planète) d'une juriste  pour tenter de comprendre ce qui forme, déforme ou transforme les systèmes de droit dans le monde actuel. L'essai se termine sur un dernier récit dans lequel l'auteure imagine un Congrès des vents où se sont réunis tous les acteurs de la mondialisation. Devant leur incapacité à élire l'un d'entre eux, un " petit souffle innommé " prend la parole et affirme que le réchauffement climatique est une chance pour l'humanité, " une chance, répète-t-il, malicieux et convaincu, ajoutant qu'il espère que ce ne serait pas la dernière chance ". Il évoque la mesure de l'espoir qui a soufflé dans la résolution finale de la Conférence sur le climat ou "accord de Paris", signé à l'heure précise où la peur de l'autre (le terroriste mais aussi l'étranger, fût-il demandeur d'asile) risque d'embraser la planète et de conduire à une sorte de guerre civile permanente. Affolement sécuritaire d'un côté, accord ambitieux de l'autre, ainsi va la marche de notre monde.



Lu dans :
Mireille Delmas-Marty. Aux quatre vents du monde. Petit guide de navigation sur l'océan de la mondialisation. Seuil. 2016. 146 pages

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home