mardi, septembre 13, 2016

Et la colombe ne revint pas

"Vu de la ruelle, le ciel était la fente d'une boîte aux lettres."
Erri de Luca

Irruption de la beauté dans le quotidien. Sur le trottoir ce matin, un pigeon avec une brindille dans le bec me dévisage, petit moment de bonheur instantané et réciproque. Il s'approche, dépose la petite branche à mes pieds, la reprend sans la moindre intention de fuite, la redépose. Ce symbole de paix se superpose au récit allégorique du déluge et de l'Arche d'où Noé lâche la colombe à trois reprises pour juger de la baisse des eaux. La première fois elle revient bredouille, la deuxième avec un rameau d'olivier signifiant le retour de la terre ferme, la troisième la colombe ne revint pas : la terre était devenue plus attirante que son refuge. Mystère de nos schémas mentaux, joyeux si nous croisons la colombe ou l'écureuil, sombres quand ce sont une corneille ou un rat. Aurions-nous des schémas préécrits similaires face aux humains que nous croisons? 
 

Lu dans:
Erri de Luca. Le plus et le moins. NRF Gallimard. Traduit de l'italien par Danièle Valin. 2013. 197 pages. Extrait p.37
Récit de la fin du déluge. Genèse VIII, 6-12

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home