dimanche, janvier 03, 2016

Vue sur vie

"Les manguiers se sont mués
en hêtre et tremble
le hamac n’a pas de crochet
l’eau n’est plus la même
la compagnie a changé
plus d’un demi-siècle a filé
et pourtant
il semble que
seul un instant
sépare ces deux instants."
    Pedro Vianna

Du Parthénon, la vue est magnifique sur Athènes, mosaïque de tesselles couleur cendre et sable, abritant chacune une famille, une classe, un atelier et autant d'existences entre espoir et regret. On se prend à imaginer ces vies multiples, et à revisiter la sienne propre. Cinquante ans nous séparent de cette même contemplation rêveuse, au même endroit, quelques semaines avant que commence le long voyage en médecine. Il n'est sans doute plus une cellule de nos corps qui soit la même, toutes ont été remplacées à notre insu pour faire survivre l'ensemble, qui pourtant a vieilli. Seule subsiste, intacte, la certitude de notre fragilité sur cette pierre éternelle, ces ruines nues de l'Acropole, "squelette de pierre et de marbre, blanchi par les sables du temps comme les ossements du désert" (Jacques Lacarrière), nous habituant à une certaine idée du dépouillement. 

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home