jeudi, décembre 31, 2015

Une année quittée en catimini

Quand on lui a demandé :
    Qu’est-ce que l’espoir,
il a dit « Le rêve d’un homme réveillé »
            Aristote  (384 av. J.-C. – 322)

Étrange impression: le grand corps malade paraît s'assoupir avant la fête, soudain le téléphone sonne moins, les patients semblent s'excuser avant d'entrer, promettant de faire bref. Ultimes prescriptions d'une année qui fut riche en joies, en inquiétudes et en souffrances. Un labeur de fourmi qui, une année de plus, fut mon bonheur. Je peine à reconnaître le visage de cette médecine qui a tant évolué en l'espace d'une existence, j'apprécie les potentialités de guérison qu'elle nous apporte au quotidien. Il est raisonnablement permis aujourd'hui d'espérer une vie sans connaître la souffrance incontrôlée, l'étouffement des grandes crises d'asthme nocturne, les grandes mutilations chirurgicales, les délabrements des membres gangrenés.  Et quand la médecine n'en peut plus, on peut aussi mourir en paix si on le souhaite, sans qu'on vous l'impose ni l'interdise. J'aime les rues de mon village dans la ville s'éveillant le matin quand ma tournée commence, et la paix de mon bureau quand le dernier patient en referme la porte. Les soirs comme aujourd'hui, on y entend l'écho d'une douce musique, l'espérance rendue à ceux qui l'ont perdue et qui transforme une vie.  


Je vous souhaite une bonne année 2016.
        

1 Comments:

Anonymous Tania said...

La paix, vos visiteurs la trouvent ici en ouvrant la fenêtre et ils peuvent y nourrir leur espérance. Merci & bonne année 2016 à vous.

31.12.15  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home