dimanche, novembre 29, 2015

Sagesse de la fin de nuit

"Tiens, les entends-tu maintenant? Ce sont les autres coqs.
Ils chantent dans du rose        Ils croient à la beauté dès qu'ils peuvent la voir.
Ils chantent dans du bleu
J'ai chanté dans du noir      Ma chanson s'éleva dans l'ombre la première
C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière."
        Edmond Rostand. Chantecler, acte Il, scène 2.

On peine à imaginer l'intensité de certains combats contre la maladie, luttes pied-à-pied incertaines pour gagner un jour, une goutte de guérison, la victoire contre une bactérie et contre le désespoir. Comme le dit Henri Guillaumet rescapé de la chute de son avion dans les Andes, à qui son ami Antoine de Saint-Exupéry dédiera son livre Terre des hommes en 1939 "ce que j’ai fait, je le jure, jamais aucune bête ne l’aurait fait." Quand surgit dans cette désespérance, au fond de la nuit, la lueur d'un rétablissement possible les quelques mots de Rostand prennent une coloration inattendue. 



 
Lu dans:
Valentine Goby. Kinderzimmer. Actes Sud 2013. Babel. 229 pages. Exergue.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home