mardi, novembre 17, 2015

Le doux bruit d'une respiration au cœur du cyclone

"Je regarde la petite cour d'école, bien carrée, bien goudronnée, avec sa lumière plombée sur le préau et les quatre tilleuls muets. Quel essaim de mondes d'enfants disparus volette dans cette cour."
                Jean-Pierre Amette

Par-dessus les murs de l'école communale, des rires d'enfants, le tintement d'une cloche, les rangs se forment. On est à quelques centaines de mètres du Molenbeekistan dont se repaissent les Unes du monde après les attentats de Paris, et j'imagine les grands gosses qui se sont fait sauter vendredi jouant sous les mêmes tilleuls les mêmes jeux, avec les mêmes rires. A midi les mères les attendront à la porte de l'école pour qu'ils ne leur arrive rien de fâcheux sur la route du retour. Il règne dans ce quartier populaire et coloré où je suis né un calme étrange, à mille lieues des représentations qui en sont faites. C'est Henri Laborit je crois qui dans son Eloge de la fuite listait ce qui s'offrait à l'infortuné marin confronté à la tornade: rentrer au port, fuir au large ou se réfugier dans l’œil du cyclone. Une fraction de temps je m'imaginai être ce marin blotti, méditant sur les sources de la violence et les improbables rencontres qui la nourrissent. Étrangement, je n'en aimai mon quartier d'enfance et ses contrastes que davantage.  



Lu dans:
Jean-Pierre Amette. Journal météorologique. Ed des Equateurs. 2009. 155 pages. Extrait p.99,100
Henri Laborit. Eloge de la fuite. Robert Laffont. 1976.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home