vendredi, novembre 13, 2015

Dé-ménager


"Les choses ne sont pas seulement des choses, elles portent des traces humaines, elles nous prolongent. Nos objets de longue compagnie ne sont pas moins fidèles, à leur façon modeste et loyale, que les animaux ou les plantes qui nous entourent. Chacun a une histoire et une signification mêlées à celle des personnes qui les ont utilisés et aimés. Ils forment ensemble, objets et personnes, une sorte d'unité qui ne peut se désolidariser sans peine."
        L. Flem

Le mot «déménagement» contient une négativité discrète : il s'agit de dé-ménager. On ne se contente pas de changer le lieu où l'on habite, on abandonne celui où l'on vivait, on ne le ménage plus. Déménager, c'est d'abord vider, jeter, mettre en cartons, démonter, déranger ce qui tenait jusqu'alors plus ou moins en place à l'intérieur de la maison. Tout y passe: les vieux papiers, les livres autrefois lus et maintenant oubliés, les bibliothèques où ils étaient rangés, les armoires et les vêtements qu'elles contiennent, les jouets des enfants, les lits, les chaises, les tables, les canapés, les assiettes et les verres, les disques, les photos, et puis tous ces objets inutiles ramenés des vacances... La liste serait presque infinie. Mais ce qu'on démonte, ce qu'on jette, bref ce qu'on défait et qu'on casse, c'est un espace de vie, un ensemble vivant, un espace organisé sémantiquement et fonctionnellement, une histoire qui s'est nouée. C'est un espace peuplé d'objets qui sont comme les compagnons familiers de notre existence quotidienne.  (..) Le déménagement est plus qu'un simple mouvement dans l'espace. On y fait plus que seulement changer d'endroit ou d'emplacement. Il existe certes des déménagements «positifs », ceux des débuts de la vie active, ceux qui accompagnent l'installation en un nouveau lieu de séjour auprès d'une personne ardemment désirée. Le déménagement est alors une sorte de promesse qui se réalise. Mais, lorsqu'il s'agit de quitter un lieu où l'on a longtemps vécu, le déménagement ressemble parfois aussi à une déchirure. A vrai dire, promesse et déchirure peuvent aller ensemble.
        JM Besse.

Une pensée pour notre cadette et sa famille qui (dé)emménagent aujourd'hui.
CV.

Lu dans:
Jean-Marc Besse. Habiter un monde à mon image. Flammarion. 2013. 254 pages
Lydia Flem. Comment j'ai vidé la maison de mes parents. Seuil. La librairie du XX1e siècle. 2004, p. 50.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home