vendredi, octobre 30, 2015

Papillons de bonheur


"La matinée était chaude et magnifique, l'air immobile et les fleurs, ouvertes comme des bouches à la lumière, palpitaient imperceptiblement, exprimant la joie infinie d'exister. Pour couronner cette sensation d'extase, deux papillons blancs, enivrés de lumière et de chaleur, allaient de l'une à l'autre de ces fleurs, s'éloignant un moment dans le ciel bleu, comme hésitant sur leur choix, mourant de bonheur."
    Anna Maria ORTESE

... belle évocation sur les rivages diaphanes de la mémoire par ce temps de Toussaint.



Lu dans:
Anna Maria ORTESE. Aurora Guerrera et autres nouvelles. Actes Sud. 2008. Traduit de l'italien par Claude Schmitt et Marguerite Pozzoli. 440 p. Extrait p. 143.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home