mardi, septembre 15, 2015

Ces lieux qui nous habitent


"Que deviennent les maisons quand nous les avons quittées? Que deviennent les lieux que nous avons abandonnés ? Où réside leur esprit désormais absenté? Est-ce qu'ils attendent notre retour, comme des animaux domestiques que nous aurions laissés pour les vacances? Qu'est-ce qui reste après notre départ? Y a-t-il quelque chose même qui reste de notre passage, de notre vie passée en ces lieux, de cette longue fréquentation familière ? Et quoi ?"
        Jean-Marc Besse

Si l'endroit quitté reste un moment inhabité, demeure la poussière. Elle a un pouvoir spécifique dans l'expérience que nous faisons du temps dans l'espace habité et possède ce statut paradoxal à la fois de cacher et de révéler les objets qu'elle recouvre, comme habillés d'une épaisseur de temps passé. La poussière est "comme une matière de l'absence". En déplaçant les objets posés contre les murs (caisses, échelle), on en retrouve les traces, espaces nus, dépouillés, pellicule de vie en négatif, révélant l'empreinte sur les murs de tout ce qui est passé par là, les ombres des choses que ces lieux ont abritées. Le temps des lieux que nous avons habités (et qui nous habitent toujours), et que recouvre maintenant la poussière, est le temps de la mémoire, le temps de la survivance. (G. Didi-Hunerman)



Lu dans:
Jean-Marc Besse. Habiter un monde à mon image. Flammarion. 2013. 254 pages. Extrait p.124, 125, 127
Georges Didi-Huberman.  Génie du non-lieu. Air, poussière, empreinte, hantise. Minuit. 2001. 144 pages. Extrait p. 55.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home