dimanche, juin 28, 2015

Une étrange épidémie


"C'est pas d'être dans la rue qui est dangereux. C'est d'être une femme."
        Ann Granger.

La romancière Ann Granger situe sa phrase à Londres , un soir d'octobre en 1867. Se serait-elle inspirée d'inquiétantes statistiques bien plus contemporaines? Au Honduras, la mortalité féminine sur meurtre a connu une hausse de 263 % entre 2005 et 2013, une femme étant assassinée toutes les 14 heures, soit 12 pour 100 000 habitants. On dépasse ainsi largement le seuil épidémique par maladie fixé par l'Organisation mondiale de la santé à 8,8 morts pour 100 000 habitants, ce qui conduit à considérer ces meurtres comme une épidémie. Epidémie transfrontalière au demeurant, dénoncée par une mobilisation géante récente en Argentine pour dénoncer une série de féminicides dans le pays. Une indignation partagée par d'autres pays d'Amérique latine, avec des manifestations également organisées début juin 2015 au Chili, en Uruguay et au Mexique.  94 % des meurtres restent impunis.



Lu dans :
Ann Granger. Un assassinat de qualité. Ed. 10 18. 2015. 360 pages.
Le Honduras face à une « épidémie » de meurtres de femmes. Le Monde 25.6.15

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home